ART VIDEOPICTURAL 001


ART GARANTI sans RETOUCHE POSTPRODUCTION ni PHOTOSHOP ni GIMP  un pur produit insouciant de la machine HUMAINE 

 

Chacun de nous - êtres conscients* - , a un talent.


Description de l'image

*Symbole créé par Mu Cephaï et dont l'objet est d'incarner son travail. Il fait l'objet d'un travail artistique.


Mon talent exprimé dans la Vie fait Art - parabole au Sacré sauvage


 

Dans les années 70-80 : Naissance yeux ouverts, bouche en oooh, crane d’alien.

 

Nommé Cédric. « Origine Celtique : le Guerrier. Hyper-sensibles, fiers de paraître, des hommes-flèches. Sensibles aux échecs, ils n’aiment pas la monotonie. Possessifs, investis d’une mission, séducteurs marchant au ‘coup de foudre’. Amateurs d’art et excellents critiques. »

 

<5 ans : jeux électroniques, jeux grandeur nature riche en imagination, profonds cauchemars, montagne, plage, premier amour, le paradis est la terre.

 

Premier apprentissage artistique à 6 ans par la musique.

 

7 à 10 ans : nature, transformation de la nature par le travail des champs avec des agriculteurs pendant les vacances et la musique, jeux cruels, amour mélancolique. Première révélation artistique : de grandes vagues d’états d’âme balayent le monde peu fréquemment et cela change d’un petit quelque chose la sensibilité avec les autres, le rapport au monde.

 

11 ans mort des 1ers grands parents : Deuxième révélation : la création est produit d’un déséquilibre comme la marche, un pas après l’autre, et chaque pas coûte en confort. déclic affirmé de créations pour libérer une réalité émotionnelle qui dépasse ma représentation par les mots et dépasse la propre conscience de mes états d’âme.

 

15 ans : volonté affirmée de comprendre le monde pour en restituer une pensée constructive. Troisième révélation pas très originale : le monde sera spirituel ou ne sera pas et la création sera libéré du poids de cadres trop peu esthétiques ou ne sera pas.

 

A ce moment, mon frère découvre la puissance des dessins que je fais. Il deviendra l’excellent graphiste qu’il est (le meilleur que je connaisse : sensibilité familiale ou subjectivité normale ou un peu des deux ? A vous de juger)

 

Après moult collèges et lycées : une 50aine de morceaux de piano créés, 3 prix nationaux décernés et plusieurs galas et représentations dans des bars, après le manque de contrôle du monde sensible et émotionnel possible. Quatrième révélation artistique : une pensée foudroyante me fait dire que toute la connaissance acquise sensiblement jusque là devra être reconquise par la raison. Je pressens à ce moment que ce sera longue et douloureuse, périlleuse.

 

Les Universités : apprentissage de l’importance de la différence, des rouages sociétaux et entrepreneuriales. Création de ma base spirituelle dynamique. Cinquième Révélation : tout ce qui fige par des écrits une pensée deviennent le Mal car ils coupent la dynamique du moment. Je n’ « utilise » plus que mes morceaux déjà créés par le passé. Je m’aperçois que je n’arrive plus à connecter la mémoire sensible pour faire autre chose que de l’improvisation. Impossibilité de fixer une émotion, une histoire, une sensibilité. J’ai écrit sur cette époque des textes sur l’impression d’un périple initiatique.

 

Le marché de l’art : A la sortie des Universités, 2 ans et demi dans le marché de l’art dans le Sud de la France après un mémoire sur la valeur d’une œuvre en stratégie économique. Mise en place exposition Joseph Dadoune et Simone Simon, rencontre sensible avec Chubac. Utilisation de l’espace du Dojo, retombées M6, FR3, des revues spécialisées. Création de mon activité professionnelle autour des actions de positionnement des acteurs de l’ombre du marché de l’art (galeristes et conservateurs essentiellement) afin de créer des réseaux internationaux et faire tourner les artistes pour prise de valeur. Perte de la quasi intégralité des données de mon ordinateur lié à un bug/crash disque. J’ai passé 3 semaines à marcher en spirale dans un tunnel qui tournait. Prendre le large. Sixième Révélation : Celui qui regarde a quasi autant de force que celui qui agit. Le iota est la dynamique, les valeurs peuvent être les mêmes, des alliances peuvent se créer.

 

26 ans : Période Canadienne. Sac à dos, Toronto, rationalisation des courants de pensés du monde, drogues, porno, resto, fightclub. Vancouver : sensation d’intégration urbaine dans la nature réussi à ce moment là. septième révélation artistique : l’engagement artistique est parfaitement difficile à gérer dans un monde qui fige les esprits dans des carcans. Seul la confiance dans la liberté est salutaire.

 

Retour en France 2 ans plus tard. Préparation de mon départ pour l’Est des Etats-Unis pour apprendre le monde du transport puis postes à compétences transverses dans l’Ouest. Huitième révélation artistique : le monde doit être Durable ou ne sera pas et il faut agir concrètement et la France de part sa petite taille peut agir vite et montrer l’exemple tant aux niveaux sensibles qu’intellectuels. J’ai de bons résultats professionnels mais sensation de me vider malgré tout de ma substance au niveau personnel : justesse, volonté, prise sur le réel, impact par rapport à mon objectif inconscient mais pesant, base d’écoute pour les générations en stagnation. Achat d’un piano électrique et premières créations basées sur la texture du son afin de créer de nouvelles créations.

 

Retour en France 2 ans plus tard. Sentiment d’inaboutissement lié à mon incapacité de faire des choses qui me transportent durablement. Neuvième révélation artistique : Sentiment de décalage, errements douloureux où ni les notions de bien ou de mal n’ont plus leur place. Ici je parle d’appel du néant : l’immobilité, la page vide, j’en appelle au hasard. Germe l’idée de m’inscrire unilatéralement dans le durable (attention portée à la terre et de l’expansion vers l’Univers), malgré le côté as been, constructives pour les générations autour du concept toujours inassouvi de plénitude de vie. Sensation de passement temporel où des années n’ont pas comptées.

 

Les 4 dernières années en 2014. Démarrage de l’activité professionnelle primaire après écriture des projets durables. J’ai été dans le dur, à la source, loin de tous. Mise en place de l’activité professionnelle, le Prevemploi et le FASAE, issue de mes expériences, de ma volonté de faire bouger les choses au niveau du labeur humain, de l'évolution et du hasard. L’activité artistique nouvelle me permet de mieux expliquer ma volonté de m’inscrire dans le temps. D’un côté mes morceaux de piano deviennent plus marqués, engagés et de l’autre, le média videopictural est un média porteur de mes messages, mes idées, mes émotions, ma sensibilité, qui complète particulièrement bien l’œuvre de mes autres sens (l’oreille, le toucher). Ouverture d’un nouveau cycle de révélation ou fin des anciennes révélations des errements obligatoires avant d’atteindre l’âge d’homme : Penser la liberté absolue c’est créer au mieux un cadre plus large de possibilités porteuses de construction ou au pire c’est être seul et incompris. Mu Cephaï est né pour porter la charge d’une proposition… par l’intermédiaire de l’art… forcément… l’art…


Démarrage de 2015. L'Amour a frappé à ma porte alors que mon Amour Amitié pour mon cercle d'Amis (la famille inclue) était comblé. Il en découlera un projet artistique complexe (enivrant), poétique, et beau, sensuel.


Description de l'image

 

Mon talent exprimé dans l'art - parabole du sacré domestiqué


Artistes à la source de l'inspiration videopictural outre le Surréalisme


L’expressionisme en premier lieu duquel Jackson Pollock avec un expressionisme abstrait, Van Gogh pour son approche figurative, Paul Klee pour sa simplicité et sa volonté intrinsèque de tendre vers le surréalisme (1)


Le Fauvisme pour l’approche de la couleur, de la démarcation du trait du contour de la couleur, tel que l’effectue Maurice de Vlamink ou George Braque.


Une pointe d’impressionnisme surtout Claude Monet pour l’intégration des personnages au paysage qu’il compose lorsqu’il ne peignait pas de portraits ou des scènes de groupes, et également pour son inspiration à mi-chemin entre nature et culture. Une pointe de Robert Antoine Pinchon notamment lorsqu’il peint des paysages comme la « Meule de foin » ou « landscape ».


Positionnement artistique


Dans les année 70’ à 90’, les simulationnistes disaient que le réel n’avait plus de vérité saisissable. Sherrine Levine y voyait dans cette simulation quotidienne, autre chose qu’un plagiat. En remettant en cause la finalité des formes et le système de représentation, ils faisaient vaciller la prétendue « vérité » qu’ils étaient sensés restitués en tant qu’artiste et humain. Il ne restait alors que l’imitation d’une scène quotidienne ou de la nature qui ne pouvait donc pas être embrassé dans toute sa complexité par l’œil. Dans cette continuité, on peut dire que l’imitation protège aussi de l’après. Question abrupte : Que se passe-t-il dans l’après ? Et bien l’après est pris au piège quelque part entre le minimalisme essentialiste et l’ultra-haute définition. Entre la pensée première et l’absolu détail.


Dans mon approche, il y a quelque chose du tachisme tel que l’œuvre de Jean-Pierre Riopelle dans les années 50’ le peignait. On y verra sans doute également un je ne sais quoi qui rappelle Zao Wou-ki et plus largement le courant d’Abstraction Lyrique. La différence avec ce que j’appelle l’approche videopictural c’est une volonté de donner du sens. Un sens individuel et personnel organique ou inorganique qui peut être partagé mais en aucun cas imposé par le groupe comme spécifié par le courant surréaliste (1)


C’est comme si l’ordinateur par son serviteur, en l’occurrence moi, montrait, comme dans l’expressionisme abstrait, le tachisme ou l’Abstraction lyrique, une spontanéité et une volonté de tout donner de soi-même et donc de donner sens sans forcément le vouloir. C’est ce que réalise le meilleur duo de la conscience machine humain, Mu.


Dans la continuité de l’art cinétique encore appelé cybernétique qui s’est développé à une époque où la science ET la spéculation scientifique incitaient aux rêves en lieu et place de la religion, nous voici désabusé par la lenteur du système à nous donner ce que l’on devraient pour jouir d’avantage de la vie en bon intelligence. Nicolas Schöffer définissait son courant par une "prise de conscience du processus vital qui maintient en équilibre l’ensemble des phénomènes". C’est par l'"intérieur" des choses que nous pensons que les choses peuvent reprendre du corps et c'est ce que nous tachons de montrer ici par une symphonie d'esprits, de fantômes, de remodelage de la réalité intégralement effectuée par Mu.


 La direction souhaitée par le citationisme dans les années 80’ a été déterminante pour les toiles électroniques à venir et dont je suis forcément un descendant par le biais de l’expression que j’ai choisi. Gérard Garouste voit dans l’œuvre d’art, une association personnelle d’image, comme des réminiscences. Il m’arrêtera si je me trompe mais il créé son propre manque sans toutefois le maîtriser complètement, par choix. C’est ce que je partage avec ce courant dans la méthode.


La peinture figurative suscite une énigme au-delà de ce qu’elle représente en réalité. C’est la raison pour laquelle elle ne doit pas se contenter d’être uniquement esthétique comme le recommande le Fauvisme (innovation décorative). Elle interroge intellectuellement, culturellement, sensiblement et nous ne devons pas avoir peur de nous égarer… et de nous réinventer…. Vivant.


Ici, nous changeons le matériau, les acteurs et la méthode pour réinventer la réflexion et la représentation sur support assez classique car tout a déjà été fait… vraiment ?...



 

Description de l'image

N'hésitez pas à contacter Mu


Tel: 0033 (0)6 52 58 61 49


E-mail: mu.cephai [at] artvideopictural fr


Ou


Laissez un message ci-dessous:

Description de l'image

Pour les amateurs du plaisir des sens


Les techniques maîtrisées deviennent ici prétexte à assouvir mon fétichisme pour l’utilisation du cerveau gauche, apollinien, qui a la rationalité binaire d'un séquenceur, et de le lover dans le cerveau droit des adjectifs et des adjonctions qui parlent, hurlent, murmurent la vie idiome des désirs et des dérives.


Jusqu’aux firmaments, jusqu’aux étoiles et enfin l’atteindre concrètement et y revenir.


Ce style d’art que je trouve profond et original, je veux le partager car il est au-dessus des choses de ce monde tout simplement parce qu’il n’est pas issu uniquement de soi-même.


Mais comme toutes émotions partagées  sont à la base égoïste, ce travail des sens a une finalité d'abstraction... et d'évolution.

 

 

 




N'hésitez pas à venir me visiter également. Sur rendez-vous  de préférence...

Lyon - FRANCE ou ailleurs sur le MONDE

 


Vendredi - Dimanche


de 9h30 jusqu'à tard le soir




Henrissat / Cephaï

 

 

(1) Positionnement artistique II

 

Le Surréalisme...

 

Quel beau mouvement de la pensée... Combien d'années ont passé sans qu'il puisse se dessiner l'ombre d'une actualisation de cette pensée qui se délimite par un contour flou à l'infini et où la plus importante des revendications tient dans l'appréhension et le développement de notre matrice créatrice? D’Apollinaire à Dali, en passant par le chef d’orchestre Breton…


Combien d'artistes se risqueront à essayer de rendre lisible un système complet de représentation émotionnelle, intelligible et sensible en restant au contact du monde professionnel pour connaître le rêve des gens communs que nous sommes ?


Cela me semble en tout cas important d'essayer d’exprimer une pensée complète (engagement professionnel, idéologique, créatrice) afin de rendre avec une juste poésie ce que sont les êtres conscients que nous sommes tant dans la tourmente, la folie contrôlée, l’imagination, l’intelligence, la technique. Sinon, si cela ne vous parle pas, sachez que mes tableaux peuvent parler d'avantage à votre voiture, votre ordinateur ou votre lapin s’il est encore un tant soit peu sauvage.


Le succès mercantile des marchands, des artistes, de tous les créateurs, est toujours une variable compliquer à régler. Il faut créer quand on est artiste. Et pour cela il faut de l'argent. Il faut également prendre parti contre "l'argent comme but" sans entrer dans la polémique stérile de l'utilité de la monnaie comme moyen. C'est la raison pour laquelle, je préfère exprimer ce qui sera ressenti de prime abord comme une offense par les puristes des amoureux de l'image figée d'un surréalisme non actualisé: l'art vidéopictural ou videopeinture est un art spéculatif pour redistribuer le rêve à l’infini. Cette méthode peut créer du rêve à l’infini. MuCephaï est un créateur d’infinité. Les données ont changé, les ennemis de la conscience sont plus fort qu'à l'époque et il n'est pas question de laisser les choses en l'état.


Le marchandising de l'information, la lente marche de notre conscience, la puissance fragile des corps, de notre terre, de notre espace, tout cela s’articule, rien ne sert de pleurer, il faut agir pour faire des ponts entre le rêve qui nous habite depuis toujours et ce qui nous attends...


« L'art est donc devenu une affaire conceptuelle : l'intelligence et la pertinence supposées de l’œuvre jugées par l'acheteur convaincu, par sa position sociale, de sa propre intelligence. On comprend alors que le plus grand ennemi de la Beauté ce n'est plus tant le goût, comme le pensait Duchamp, que ce qui l'autorise et le conforte : la Vanité », par le critique d'art Olivier Cena in Télérama.

 




* Les êtres conscients: toutes créations vivantes de la particule la plus élémentaires et inconnue à l'organisation de multivers parfaitement inconcevables pour nos intelligences actuelles, en passant par la vache, l'humain (l'Homme), la cellule, une voiture, une planète, une oeuvre d'art, une chaise de cuisine, l'intelligence artificielle d'un ordinateur lambda (l'ordi), un arbre, tout est porteur de plus ou moins de bribes de conscience.

Outre la vanité, la prétention et l'égocentrisme issu d'un mauvais réglage de notre système de représentation directement en lien avec ce qui précède, une autre variable qu'il faut ajuster pour en sentir la portée est le rapport au temps. Ressentir à quel point une minute de vie est différente pour chacune des créations vivantes. Une fois perçue, ce phénomène est magique.
Dans ce travail videopictural, nous montrons une autre dimension à cela, nous montrons que cette linéarité est une chimère méritante et nécessaire, inévitable.